Provinzkustodie Österreich-Schweiz
Provinzkustodie Österreich-Schweiz

Histoire de notre présence

Choulex

Des religieux franciscains dans la ville du bout du lac, ce n’est pas nouveau. Aujourd’hui encore, cette présence est variée. Avec ses huit siècles d’histoire, notre famille spirituelle actualise à plusieurs niveaux ce qui était au coeur du témoignage de foi, de vie et d’action du petit pauvre d’Assise.

Les Cordeliers, comme on nous appelle en France, sont une branche du premier Ordre franciscain. Premier, parce qu’il est a été fondé en premier par François d’Assise, il y a exactement 800 ans.

En effet, alors qu’il se retrouve avec une douzaine de compagnons qui veulent, comme lui, tout abandonner pour vivre l’Évangile en toute simplicité et authenticité, il décide de se rendre auprès du pape Innocent III à Rome pour lui demander d’approuver sa forme de vie. Ce qu’il obtient, oralement.

Le développement de l’Ordre connaît un succès foudroyant et, comme tout organisme qui grandit trop vite, bien des déboires. Après la disparition de François, en 1226, les tensions éclatent. Au cours des siècles, de nombreuses réformes apparaissent et disparaissent.

Toutes se réclament d’une interprétation plus authentique de l’esprit et de la règle du fondateur. A la fin du 19e s., le pape Léon XIII y met un peu d’ordre. A côté de la branche des Frères mineurs conventuels (Cordeliers) et de celle des Frères mineurs capucins, issue au début du 16e s., il regroupe toutes les autres réformes en un seul Ordre, les Frères qui se font dès lors appeler tout simplement mineurs.

Quant à Genève, les premiers Frères s’y établissent dès la moitié du 13e s., au cours duquel l’Ordre connaît cette large expansion. L’existence d’un couvent des Cordeliers à la porte de Rive est attestée en 1266. Il est supprimé, comme les autres couvents de la ville, au moment de la Réforme en 1536.

Ce n’est qu’à la fin des années ‘60 que nos frères arrivent peu à peu de nouveau à Genève alors qu’ils viennent de quitter Bordeaux. Une communauté s’installe enfin à Grand-Lancy sud, quartier en plein développement. Là, ils sont au service de l’Église, dans la nouvelle paroisse de la Sainte Famille.

Vingt ans plus tard, après avoir vu naître quelques vocations, les effectifs diminuent. La tâche pastorale devient trop lourde et on pense quitter Genève. Cependant, le gouvernement de l’Ordre, à cause du rayonnement international de la ville, souhaite qu’on y reste. Mgr Amédée Grab, évêque auxiliaire, propose alors une petite paroisse tranquille dans la campagne genevoise. C’est ainsi qu’en juillet 1987 trois Cordeliers s’installent à Choulex.